top of page
  • nathaliesixjesus

L'Unique Maria Casarès d'Anne Plantagenet

Dernière mise à jour : 8 févr. 2021

Prise dans le tourbillon de la vie de la sublime comédienne et tragédienne Maria Casarès sous la plume d'une auteure que j'ai tellement de plaisir à retrouver : Anne Plantagenet.

Un an après la publication en poche chez Folio de la correspondance entre Maria Casarès et Albert Camus, Anne Plantagenet redonne vie à cette grande amoureuse, et se glisse dans son personnage avec une aisance bluffante.



Chevelure d'ébène, voix rauque, lèvres carminées et cigarette immuable au bec

L'Espagnole qui se promène en ciré noir entre le 6e et le 15e arrondissement, c'est un peu elle. Chevelure d'ébène, cigarette immuable au bec, voix rauque et lèvres carmin, Maria Victoria Casarès Quiroga a une rage de vivre chevillée au corps. Fille du dernier Premier ministre de la République espagnole qui fut contraint à la démission, elle a fui la guerre contre Franco en 1936 et lorsqu'elle arrive à Paris, ne parle pas français. A force de travail, elle parviendra à dompter la langue de Molière au point de monter sur scène et d'éblouir les plus grands metteurs en scène et auteurs dramatiques de l'époque... dont un jeune écrivain prénommé Albert Camus.

Dirigée aussi bien au cinéma par Cocteau dans Orphée, Carné dans Les Enfants du Paradis, Bresson dans Les Dames du Bois de Boulogne, Maria restera pour toujours "l'Unique" aux yeux de son amant Albert Camus... Les milliers de lettres qu'ils s'échangeront ne l'empêcheront pas de rester auprès de son épouse légitime Francine ni d'être également infidèle à Maria. Les deux amants terribles se quittent, se revoient, passent quelques semaines ensemble collés l'un à l'autre, puis se séparent à nouveau. Ils ont soif l'un de l'autre, avides de connaître leur avis respectif sur leurs créations respectives, curieux et jaloux des emplois du temps. Ils se soutiennent aussi, sûrs de toujours se comprendre malgré la fuite du temps.


Une fièvre contagieuse qui emporte le lecteur

De 1944 à 1960, leur amour tiendra lieu à la tragédienne de colonne vertébrale et de fouet ; faisant naître l'espoir et le désespoir, le pire et le meilleur. Pourquoi l'Amour fait-il autant de mal? Parce qu'il fait aussi du bien, c'est une drogue sans sevrage.


Biographie enflammée, L'Unique Maria Casarès est portée par la passion. L'écriture d'Anne Plantagenet possède un sentiment d'urgence, une fièvre contagieuse qui emporte son lecteur dans le destin d'une femme "monstrueuse" au sens mythologique, pour qui le bonheur s'est longtemps dérobé. Elle restitue aussi l'art de vivre en héroïne, - Maria fut une tragédienne sur scène et dans la vie -, la difficulté d'être une femme indépendante, les sacrifices, le roman d'une amoureuse sans concession.


Posts récents

Voir tout

Comentários


Os comentários foram desativados.
bottom of page